Maestro ! Jump in Music

maestro2

Il se passe quelque chose dans le jeu vidéo français. Et si l’on était en train d’assister à l’émergence d’une nouvelle french touch ? Mais, attention, rien à voir avec celle des années 1990, plus fameuse dans l’ensemble pour le raffinement plastique de ses jeux que pour leur intérêt profond. Non, celle-ci se revendique joyeusement artisanale, farouchement ludophile (comme on dit cinéphile) et si attachée à son indépendance qu’elle se développe volontiers dans les marges de l’industrie. Il y a les Parisiens de Mekensleep (Soul Bubbles), les Marseillais d’Exkee (ColorZ, à télécharger sur Wii). Mais c’est au fond d’une cour du 14e arrondissement de Paris que bat le cœur de cette french touch des années 2000. Deux micro-studios y cohabitent, Arkedo et Pastagames.

Du premier, les joueurs avisés connaissent déjà Nervous Brickdown et Big Bang Mini, réinventions respectives du casse-brique et du shoot’em up. On leur recommande les deux volets inauguraux de la collection Arkedo Series, le jeu de plateforme néo-primitif Jump ! et le puzzle game Swap ! disponibles pour 3 € chacun au rayon « Indie Games » de la boutique en ligne Xbox 360. Mais c’est au tour de Pastagames d’occuper le devant de la scène avec son premier titre DS « personnel » après plusieurs jeux de commande peuplés de bébés et de nounours.

Le héros de Maestro ! a pour nom Presto. Oiseau jovial au plumage rose vif, il bondit sur un chemin de cordes en suivant la musique (signée Beethoven, Ennio Morricone ou Madness et malicieusement réorchestrée) pour peu que le joueur intervienne en rythme via l’écran tactile ou de la voix. Riches en références, les 78 niveaux sont le fruit d’un long travail empirique. « Pour les concevoir, on prend d’abord la musique, explique Fabien Delpiano, fondateur de Pastagames. On décide quels instruments iront sur quel gameplay, on demande aux musicos de nous en faire une version et on passe le fichier MIDI dans notre éditeur de niveaux. Après l’avoir retravaillé graphiquement, on met le résultat dans la DS. Et ce n’est qu’après tout ça que l’on s’aperçoit si c’est drôle à jouer… »

Le résultat final l’est assurément, mais Delpiano ne cache pas son inquiétude à l’approche de la sortie de Maestro ! qui, avec son mode « Impro », a aussi de quoi combler les remixeurs en herbe. « Le marché de la DS va être très très dur et je ne suis pas sûr qu’on ait les bons arguments. On pourrait le vendre comme un jeu d’initiation musicale, mais ce n’est pas du tout comme ça que j’ai envie de le positionner. On voulait faire un vrai jeu d’arcade, auquel on joue parce qu’on veut arriver à finir le niveau et à battre le boss. » Si le succès commercial n’était pas au rendez-vous, Pastagames serait contraint de repasser par la case jeux de commande avant d’envisager un nouveau projet original. Mais, aussi pessimiste soit-il, Delpiano ne se lasse pas de montrer son jeu. « Je ne sais pas si on en vendra deux, dit-il, mais en tout cas, on s’est bien marrés à faire ce truc-là. »

(Paru dans Les Inrockuptibles n°728, 11 novembre 2009)

Maestro ! Jump in Music (Pastagames), sur DS

Erwan Higuinen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *