Kirby : Au fil de l’aventure

GTA, Mortal Kombat et quelques autres l’ont prouvé par le passé : un jeu vidéo n’est pas forcément à mettre entre toutes les mains. Kirby : Au fil de l’aventure vient s’ajouter à la liste des titres non consensuels, mais pas dans le registre adulte ou ado rebelle où se distinguent ses confrères. Esprits cyniques et cœurs asséchés, passez votre chemin : l’aventure qui s’offre ici a peu de chances de vous parler. « Le bonheur gagne du terrain », proclamait avec assurance en 1998 le joyeux Yoshi’s Story. Egalement issu des studios Nintendo, ce nouveau Kirby pourrait faire sien ce refrain.

Après New Super Mario Bros Wii et Donkey Kong Country Returns, Au fil de l’aventure confirme la volonté de la firme de Kyoto de remettre au premier plan le jeu de plateforme 2D qui a fait sa gloire dans les années 80 et 90. Mais, là où ces derniers optaient, par leur difficulté, pour un retour aux sources sans pitié, la renaissance sur console de salon du rondouillard Kirby s’opère sous le signe d’une joie de vivre que rien ne pourrait contrarier. De vivre ou de jouer, ce qui revient à peu près au même. De s’émerveiller devant les paysages pastel (forêt, bord de mer, pâtisserie changée en monde à croquer). De prendre le temps, de respirer, de dire bonjour à nos ennemis charmants. Et si on meurt ? Pas de place pour la tragédie : on ressuscite illico, tout drame et toute déception ont été gommés de cet univers soyeux.

Historiquement, l’ami Kirby est un glouton bien en chair mais, ici, il se voit propulsé dans un monde fait de laine, fils, tissus et feutrine. Il n’y a plus de volumes : juste des formes et des textures au moyen desquels sont réinterprétés les grands classiques du jeu de plateforme (niveau rempli de lave, chutes dans le vide, environnements aquatiques). Au fil de l’aventure n’est cependant pas qu’un très efficace antidépresseur ludique : il a aussi des choses à nous dire. Sur la valeur des jolies mélodies, sur le fait que l’on peut à l’occasion devenir autre chose que ce que l’on se croyait condamné à demeurer, sur les mérites comparés de la promenade attentive et de l’affrontement furibond. Il est bien sûr trop tôt pour juger de la place qu’il tiendra parmi les grands jeux de 2011. Mais si, à l’heure des bilans de fin d’année, on venait à l’oublier, les lettres d’insulte (« Esprit cynique ! », « Cœur asséché ! ») seraient vraisemblablement justifiées.

(Paru dans Les Inrockuptibles n°798, 16 mars 2011)

Kirby : Au fil de l’aventure (Good-Feel / Nintendo), sur Wii

Erwan Higuinen

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *