Fract OSC

Fract1

Vous allez être projeté à l’intérieur d’un synthétiseur musical géant. C’est la promesse faite au joueur par Fract OSC, la sensation indé du moment issue d’un projet (baptisé Fract et primé à l’Indépendant Games Festival en 2011) mené par Richard Flanaghan alors qu’il était encore étudiant à l’université de Montréal. La promesse est belle, excitante, mais il faut bien saisir ce qu’elle implique : vous allez vous retrouver seul, errant à l’intérieur d’une machine qu’il vous faudra remettre en marche après avoir percé à jour les mystères de son (non) fonctionnement. Vous pensiez Child of Eden, Rez ou TxK au vu des somptueuses images du jeu, paysages anguleux à la composition fantasmagorique qu’illuminent des néons roses, verts ou bleus ? Pensez plutôt à un mariage entre Tron (pour l’esthétique) et Myst : l’aventure (en vue subjective, façon FPS simplifié avec un bouton de la souris pour passer en mode « interaction » et l’autre pour agir) est d’abord cérébrale, dans un monde d’où toute vie est absente. La musique ensorcelante, les harmonies merveilleuses viendront plus tard, parcimonieusement. Elles feront pour nous figure de récompense mais ne sont pas aussi clairement au centre de Fract OSC qu’on ne pourrait l’imaginer.

Ce parti pris n’en fait pas un mauvais jeu, loin de là, mais il rend l’expérience assez déstabilisante, pour ne pas dire oppressante. D’autant qu’elle commence dans l’obscurité, dans les deux sens du terme : il fait très sombre et aucune explication n’accompagne nos premiers pas – ici, on apprend en marchant. Peu à peu, on découvrira des choses. On traversera des portails lumineux. On s’approchera de demi-sphères vertes d’où émanent des sons soudain plus intenses. On empruntera d’improbables modes de transport, on flottera au-dessus du vide. Et on se perdra, on tombera dans le vide, on pestera contre l’impossibilité de sauter qui, par moments, complique sérieusement nos déplacements. Mais aussi, souvent, on sera ébloui, fasciné, et ravi de voir ce monde se réveiller pour devenir enfin réactif, vibrant, musical.

C’est, en première analyse, une affaire de goûts, voire de tournure d’esprit : que l’on soit ou non sensible au type de casse-tête (déplacer des cubes, relier les cases d’un circuit électrique…) sur lequel les game designers s’appuient depuis des lustres change radicalement l’appréciation de l’expérience. C’est aussi, plus profondément, une question de philosophie ludique : Fract OSC est né du jeu vidéo, il baigne dedans, ne jure que par lui et, plus qu’à la musique en tant que telle, s’intéresse à la machine qui la produit. Ses logiques, sa grammaire, son langage sont, au fond, assez conservateurs. Peu à peu, il débouchera néanmoins sur autre chose et fera davantage appel à nos inspirations, à notre amour des sons. C’est ce qui rend, quand même, Fract OSC assez beau. Mais la révolution ludico-musicale attendra.

(Publié sur Chronicart.com le 30 avril 2014)

Fract OSC (Phosfiend Systems), sur Mac et PC

Erwan Higuinen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *