Les Anneaux d’or

Anneaux

Cinéaste longtemps oublié, Mitchell Leisen est en voie d’être redécouvert via la reprise, il y a quelques mois, de trois de ses comédies des années 30 (Midnight, Easy Living, Jeux de mains) et un regain d’intérêt critique, en attendant la rétrospective annoncée pour le prochain festival de San Sebastian.

Les Anneaux d’or (1947) s’éloigne des screwball comedies écrites pour Leisen par le duo Billy Wilder – Charles Brackett ou par Preston Sturges. Cette fois, il s’agit d’un film d’espionnage mettant en scène deux agents britanniques en mission en Allemagne à la veille de la guerre pour y récupérer la formule d’un gaz toxique. Fuyant les nazis, l’un des Anglais (Ray Milland) tombe sur une gitane (la Dietrich, irréelle) qui le cache non sans l’avoir au préalable choisi pour devenir son homme. Leisen, qui sait de quoi il parle (il est entré à Hollywood comme costumier pour Cecil B. DeMille), bâtit tout son film sur l’idée de déguisement. Pour passer inaperçu, Ray Milland commence par se travestir en officier nazi avant de se métamorphoser en gitan en se noircissant la peau et en ornant ses oreilles nouvellement percées des fameux anneaux d’or. Ainsi déguisé, Ray Milland se comporte comme les gitans d’opérette du film, se confond avec eux, adopte presque naturellement leurs modes de (sur)vie dans l’Allemagne nazie.

Tout l’enjeu est alors de devenir autre (pour vivre avec la gitane) tout en restant soi-même. Les trous dans les oreilles sont des traces laissées sur le corps de l’Anglais au même titre que l’amour qu’il éprouve. Ce qui permet au final de dépasser le déguisement pour atteindre au métissage (anneaux portés avec un costume occidental) et, donc, à la possibilité d’un amour avec la gitane. Certains ont tourné de grands et beaux films. En artisan imaginatif et appliqué, Mitchell Leisen se contente, avec ces Anneaux d’or, de signer un joli film. Et c’est déjà beaucoup.

(Paru dans Libération du 26 avril 1997)

Les Anneaux d’or (Golden Earrings, 1947) de Mitchell Leisen

Erwan Higuinen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *