En marge de l’enquête

EnMarge

Ancien metteur en scène de théâtre, John Cromwell débarque à Hollywood en 1929, appelé à la Paramount par David Selznick au moment du passage du cinéma muet au parlant selon cette idée douteuse que le parlant aurait des leçons à recevoir du théâtre. Connu surtout pour ses mélodrames, il touche pourtant un peu à tous les genres, signant notamment un Petit Lord Fauntleroy en 1936 et un Prisonnier de Zenda l’année suivante.

Tourné en 1947, En marge de l’enquête fait partie des films les plus connus de Cromwell. Avec Bogart pour mener ladite enquête et Lyzabeth Scott en clone à moitié réussi de Lauren Bacall, le film voudrait répéter le succès du Grand Sommeil de Hawks, sorti l’année précédente. C’est sa grande limite mais, aussi, son principal intérêt. Film noir classique, En marge de l’enquête reprend la plupart des éléments du genre, qu’il s’agisse des personnages (l’homme seul contre tous ; la femme fatale ambiguë), de la construction du récit (un long flash-back avant retour au présent pour le dénouement) ou de la photo du film (dominante sombre et vaguement floue ; inquiétante, donc).

La vision de ce film produit une impression étrange: tant que Cromwell reste fidèle à l’orthodoxie du genre et reproduit sans état d’âme les figures inventées par d’autres (Hawks, Huston…), le film est plutôt convaincant sans qu’il y ait pour autant de quoi grimper aux rideaux. Mais dès que Cromwell tente de dépasser ce programme minimum, tout s’écroule, comme dans cette scène limite grand-guignol où, alors que la plupart des protagonistes sont réunis dans une chambre en flammes, l’un des « méchants » panique et se jette par la fenêtre, provoquant chez Bogart une jubilation sur le mode «un de moins» franchement hors sujet. Produit d’un genre et d’une époque plus qu’œuvre d’auteur, En marge de l’enquête vaut surtout comme représentant d’un moment d’Hollywood et comme catalogue quasi exhaustif des formes de ce que fut le film noir.

(Paru dans Libération du 26 avril 1997)

En marge de l’enquête (Dead Reckoning, 1947) de John Cromwell

Erwan Higuinen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *